Plusieurs personnes ont une passion absolue de la moto. La plupart suivent une formation pour obtenir un permis de conduire. L’obtention de ce permis exige une certaine démarche. Toute personne désirant conduire une moto doit toujours passer par un examen. La plus dure dans tout ça c’est de se préparer à l’examen du plateau du permis moto.

Caractères psychologiques et physiques à avoir avant l’examen

Chaque personne a sa propre façon de gérer ses émotions et son stress en amont d’un examen. La préparation psychologique varie donc d’une personne à une autre. Pour prévoir un examen de plateau du permis moto, il faudra passer en minimum huit heures pour une formation. Cependant, la plupart des élèves en effectuent plus. Ce surplus de temps s’explique par le fait que chacun a son propre rythme sans parler des autres facteurs physiques. Ces derniers peuvent être multiples comme la taille du futur motard, le sens d’équilibre troublé, effets d’alcoolisme ou de maniement de drogues. D’autres sont des facteurs psychologiques comme le traumatisme causé par un accident, mais surtout le manque de confiance en soi. Pour  la préparation plateau permis moto, il faudra trouver les meilleurs moyens de gérer ces caractères afin de réussir.

Les points obligatoires à savoir avant l’examen

Certains points s’avèrent être nécessaires d’être mis au point pour la préparation plateau permis moto. En mentionnant le mot « plateau », cela réclame une maitrise parfaite de la moto munie de quelques connaissances pratiques et mécaniques. Vous devez avant tout avoir le contrôle de la moto sans l’aide du moteur. Cela implique d’essayer à déplacer la moto en mouvement avant et en marche arrière. Aussi, il est vital que vous maitrisiez l’allure de la moto surtout à niveau lent. Apprenez-vous donc à conduire à faible allure pour éviter de tomber dans les embouteillages, par exemple. En d’autres termes, vous devriez être capables de maitriser la moto à allure normale, quelle que soit son inclinaison. Il vous faut aussi des connaissances corrélatives à la moto. Rappelez-vous donc les différentes notions lors des théories que vous avez obtenues.

Déroulement de l’examen

Pour vous anticiper de ce qui va se passer, voici donc le déroulement habituel d’un examen de plateau du permis moto. En général, l’examen dure vingt minutes tout au plus. Tout d’abord, une vérification de l’identité de chaque candidat se fera, suivie d’une vérification d’équipements. Ces vérifications faites par un inspecteur donnent le déclic que vous êtes bien en règle pour passer l’examen. À la suite, l’inspecteur fait un tir au sort pour déterminer le parcours. Une fois cette étape finie, un test de maniabilité s’ajoute par groupe de huit candidats au maximum. À la fin, les candidats subissent une interrogation orale. Les instituteurs feront un bilan et entrent dans la transcription finale du résultat. Ces tuyaux peuvent vous aider à la préparation plateau permis moto.

Aussi appelée épreuve hors-circulation, la partie « plateau » est un passage obligatoire pour ceux qui souhaitent décrocher leur permis moto, tel que le permis A1 et le permis A2. C’est en effet la deuxième épreuve du permis moto durant laquelle le candidat démontre sa capacité à maîtriser et à manier son véhicule, mais encore ses connaissances mécaniques et pratiques. Celle-ci dure en moyenne 1 heure et est ponctuée par différentes épreuves.

L’épreuve de la poussette : maîtriser sa moto sans l’aide du moteur

Parmi les différentes épreuves pratiques plateau permis moto figure premièrement l’épreuve dite « de la poussette ». Durant celle-ci, le candidat doit montrer qu’il peut maîtriser son deux-roues, notamment son poids, sans qu’il ait à utiliser le moteur dont celui-ci est équipé. Il doit dans ce cas montrer à l’examinateur qu’il est en mesure de déplacer, de pousser et de béquiller la moto. En règle générale, l’apprenti motard doit effectuer 3 parcours différents, dont 2 en marche avant et 1 en marche arrière. Chaque parcours s’accompagne d’une interrogation orale qui se porte principalement sur les différentes vérifications à réaliser, notamment pour la chaîne cinématique, la notice d’utilisation, la partie cycle et gants, l’éclairage, les accessoires de sécurité du motard et du véhicule, etc. Pour réussir l’épreuve de la poussette, le candidat au permis moto ne doit en aucun cas omettre certains points de vérification ni perdre le contrôle de la moto, c’est-à-dire la faire tomber, bien que celui-ci ait droit à 2 essais.

L’épreuve de plateau à allure lente

À l’issue de l’épreuve de la poussette, l’élève doit passer l’épreuve du plateau à allure lente dont la finalité est de simuler les situations de conduite en milieu urbain. Il doit dans ce cas montrer à l’examinateur qu’il est en mesure de maîtriser le véhicule à faible allure et qu’il peut maintenir son équilibre au ralenti, avec ou sans passager. L’épreuve de plateau à allure lente est généralement ponctuée de 4 parcours durant lesquels l’apprenti motard va slalomer en solitaire, slalomer avec un passager et réaliser un virage. Dans tous les cas, l’apprenti motard se doit de rouler au pas de manière à démontrer à l’examinateur sa capacité à combiner embrayage et frein arrière. Le ralenti moteur n’est en aucun cas autorisé durant tous les parcours. À l’instar de l’épreuve de la poussette, le candidat dispose aussi de deux essais.

L’épreuve de plateau à allure normale

L’épreuve de plateau à allure normale est celle qui suit l’épreuve de plateau à allure lente et durant laquelle le futur motard va devoir démontrer à l’examinateur sa capacité de manier sans souci la moto à allure normale. Jalonnée de 4 parcours possibles, cette épreuve permet à l’examinateur de vérifier 3 grands points, à savoir le contre-braquage (incliner le véhicule pour virer), le freinage d’urgence et l’évitement des obstacles. Dans tous les cas, l’apprenti motard doit rouler à 50 km/h, une vitesse imposée par l’examinateur. Ce qui distingue l’épreuve de plateau à allure normale, c’est qu’elle est chronométrée. L’élève a droit à deux essais chronométrés.

De nos jours, on manque de plus en plus de temps, jusqu’à se dire « le temps c’est de l’argent ». On a alors besoin d’une solution pour éviter la perte de temps. La moto a pour principal but de faciliter le déplacement, surtout dans les embouteillages. Elle permet aussi de faire des courses dans différents endroits en même temps. Mais avant de pouvoir en conduire une, il faut bien sûr la maîtriser.

Le permis de moto pour qui?

La moto est en principe plus facile à conduire qu’une voiture. En outre, elle n’exige pas qu’on ait 18 ans, l’âge minimum requis pour l’épreuve plateau permis moto est de 16 ans. Pourtant, certains ont des difficultés physiques, des difficultés d’apprentissage, ou de concentration. Et les femmes ont souvent besoin de plus de temps, ce qui est normal, puisqu’il leur est impensable de gérer une grosse moto de plus de 100 kilos. Cependant, tout le monde peut prendre son permis à condition d’être en bonne forme physique et mentale. Les examinateurs sont très stricts lors des épreuves plateau permis moto.

Comment se déroule l’épreuve plateau ?

En général, les épreuves plateau permis moto, c’est à dire des épreuves hors circulation, se divisent en 4 grandes étapes, à savoir :

– La première épreuve de plateau qui se fait sur place ; à moteur éteint

– Ensuite, il y a lépreuve de plateau à une allure lente ;

– Après, l’épreuve de plateau à une allure normale ;

– Et finalement, les interrogations orales.

La première étape consiste à déplacer la moto sans allumer le moteur, afin de vérifier l’aptitude du conducteur à déplacer, à pousser ou à béquiller la moto. Il est aussi indispensable de réaliser une vérification mécanique ainsi qu’une vérification de sécurité.

Vient ensuite la maîtrise de la moto à allure lente, visant à simuler une conduite en ville, cela validera la capacité du conducteur au déplacement à faible allure.

L’avant-dernier reste assez complexe, puisqu’elle va démontrer si le conducteur peut manier la moto sans problème à allure normale ou pas, tout en inclinant la moto dans les virages, ou en freinant d’urgence pour éviter un obstacle.

La dernière étape est une interrogation théorique, qui permet de définir si le conducteur a bien assimilé les notions diverses liées au maniement de la moto ou pas.

Que faire en cas d’échec ?

Normalement, comme pour l’examen de conduite de véhicule, en cas d’échec le conducteur a à sa disposition 3 mois pour s’améliorer et se payer des heures supplémentaires de conduite. Ainsi, si le conducteur n’arrive toujours pas à passer les épreuves, il risque d’échouer. Néanmoins, il pourra tout de même utiliser un scooter de moins de 90 cc, c’est un modèle qui ne nécessite pas de permis de conduire.

La conduite d’une moto nécessite l’obtention du permis. Le permis moto ne s’obtient pas gratuitement. Vous devez passer quelques épreuves après avoir suivi des cours de conduite de moto. Il y a les épreuves pratiques, mais il y a également l’épreuve orale.

L’interrogation orale

Le déroulement d’examen oral du permis moto est une épreuve totalement obligatoire. C’est une épreuve pendant l’examen que vous devez passer pour obtenir votre permis moto. Vous avez droit à un tirage au sort pour le sujet que vous allez traiter oralement. Vous avez droit à quelques minutes pour en parler et répondre aux questions. Cela peut varier de 3 à 10 minutes et ne dépend que de vous. Ne vous inquiétez pas, l’épreuve orale se déroule dans un lieu calme et fermé généralement pour que vous soyez bien concentré. Des fois, vous pouvez être interrogé à l’extérieur faute de lieu fermé .Vous ne risquez pas d’être perturbé par quoi que ce soit, soyez-en sûr et certain. Vous passez à l’épreuve orale après l’épreuve plateau et conduite ou bien entre ces deux épreuves. Soyez à votre aise pendant toute l’interrogation, évitez les récitations bêtes des cours appris. Utilisez la logique et ayez une bonne dose de réflexion suite aux questions posées. Votre moniteur doit être présent lors de l’interrogation orale. Dans ce cas, les candidats sont dispersés et ne sont pas interrogés côte à côte .Vous devez faire preuve de bonne maitrise du sujet en question pour avoir une bonne note.

Le permis moto

Le but principal lors de l’examen du permis moto est de savoir si vous avez acquis les informations nécessaires pour la conduite d’une moto. Ce sont des informations théoriques et  des informations pratiques. Votre sécurité est en jeu lorsque vous conduisez une moto, c’est pour cela qu’il y a des connaissances à acquérir avant toute conduite .Il y a différents types de permis moto : les permis A, A1 et A2. C’est l’inspecteur du permis de conduire qui gère votre examen.

Les différentes épreuves pour passer son permis

Il y a une épreuve théorique générale ou ETG aussi connu sous le nom de « code de la route ». Il y a également une épreuve pratique hors circulation : c’est le « plateau ». Sans oublier l’épreuve pratique en circulation ou sur « route » .Les épreuves sont liées les unes aux autres. Si vous réussissez à l’épreuve théorique, vous pouvez passer à l’épreuve hors circulation. Après cela, vous avez droit à l’épreuve en circulation. Le sujet tiré lors du déroulement d’examen oral est sur les 12 fiches que vous avez lors de votre inscription. Il y a  le danger de la moto sur la route et ce qu’il faut faire face à un accident ; les  types d’accidents connus ; les déclencheurs de danger en moto ; la responsabilité face au danger ; la conduire avec prévention ; les matériels ; les outils de la moto pour la sécurité ; l’assurance ; les boissons alcooliques et drogues ; la conduite nocturne ; la vitesse et le frein ; le trajet.

La réussite d’un examen de code de la route met en valeur des révisions de bonne qualité. La phase de préparation est une étape primordiale pour garantir la réussite de l’examen. L’essentiel est de garder le maximum de concentration pour ne pas tomber dans les questions pièges.

Comment bien réussir son examen de code de la route ?

Afin de garantir la réussite de votre examen, vous devez privilégier quelques conseils révision examen du code. Comme toute épreuve, vous devez privilégier les phases de préparations pour éviter les désagréments. A priori, il est jugé crucial d’adopter une bonne hygiène de vie. Le sommeil est un allié à ne pas négliger. Si vous dormez mal, vous aurez des difficultés à vous concentrer lors de vos révisions. Ainsi, il est capital de garder son corps en bon état en vue de garantir une concentration maximale. De toute évidence, il vous faut au moins 8 heures de sommeil. Par la suite, il est fondamental de vous alimenter de façon équilibrée pour obtenir une bonne mémorisation. Il est interdit de sauter un repas dans la journée. Dans l’optique de lutter contre le stress, vous devez pratiquer des activités physiques.

5 astuces à ne pas manquer pour réussir son examen de code de la route

La gestion de temps est une question de grande envergure pour garantir la réussite de votre examen de code de la route. Vous devez gérer votre temps par rapport à vos activités supplémentaires. D’autre part, la gestion de temps concerne également votre aptitude à répondre aux questions lors des examens. Il ne faut pas hésiter à réaliser des simulations d’entrainement pour vous habituer à répondre dans le temps repartis. L’adoption d’une bonne méthode de révision est ainsi la clé de votre apprentissage. Il est fortement recommandé de vous adonner à une révision par thème afin d’assimiler facilement les codes de la route. Il ne faut pas chercher à tout apprendre en un seul coup. Pour finir, vous pouvez prendre contact avec les anciens candidats pour comprendre le déroulement réel de l’examen.

Bien préparer son examen de la code de la route

Avant de vous lancer dans vos révisions, vous devez élaborer un planning mettant en valeur toutes les épreuves liées aux examens. Dans la plupart des cas, vous devez avoir une bonne connaissance du code de la route, du véhicule et des comportements à adopter sur la route. Pour réussir l’épreuve du premier coup, vous devez privilégier vos révisions à travers une bonne gestion de temps. Si vous êtes bien préparé, les questions à l’examen de code de la route seront faciles à répondre. En effet, avec de la conviction et de l’intérêt pour l’épreuve, vous allez réussir sans aucun souci.

L’épreuve orale porte sur le traitement d’une fiche théorique du permis moto. Par conséquent, pour réussir votre examen, il vous faut avoir un minimum de connaissance sur les points importants des 12 fiches théoriques. Vous verrez ici les informations qui les concernent.

Qu’est-ce que les 12 fiches théoriques ?

Que vous soyez un piéton, un motocycliste ou autre usager de la route, vous devez vous apparier aux règlements de la circulation. L’outrage des règlements peut atteindre à la sécurité et vous amener à une amende (voire un emprisonnement). Chaque fiche théorique du permis moto concerne votre sécurité et celle des autres. Il est donc inutile de les enregistrer par cœur, car les 12 fiches théoriques touchent votre vie de tous les jours. En exemple, la première fiche qui souligne les risques que vous encourez lors de votre escapade à moto et le comportement que vous devriez adopter en cas d’accident. En outre la fiche N°06 qui concerne les équipements liés à votre sécurité dont vous devriez disposer.

Le déroulement de l’épreuve orale

Vous vous demandez sûrement comment vous allez pouvoir vous en sortir par rapport au déroulement de l’épreuve. Ne vous affolez pas, lors du tirage au sort de la fiche théorique du permis moto (fait par le candidat lui-même), le titre sera affiché (avec les points principaux à traiter). Une solution est donc à votre disposition. Ne recopiez pas mot à mot le contenu de la fiche, mais interprétez l’intitulé à votre manière et développez les points importants (par exemple pour la fiche N°01, invoquez l’étendue de l’accident, les blessures, le pourcentage des risques, le pourcentage des motards inclus dans les accidents routiers, et les comportements à adopter en éventuel accident). Si vous êtes timide, entraînez-vous à la maison. En effet, il ne faut pas être abasourdi devant l’examinateur : apprenez à gérer le stress (en  parlant à vous-même devant le miroir par exemple). Et rassurez-vous, la présence de votre formateur durant l’épreuve est recommandée (même s’il ne vous aide que moralement). En cas d’omission d’un détail, l’interrogateur vous questionnera directement sur le sujet. Il vous suffit de lui répondre correctement à ce moment-là. Si ce dernier n’a pas compris, il demandera une précision de votre part.

La durée de l’épreuve orale est approximativement de 5 à 10 minutes, habituellement devant l’examinateur seul, mais il arrive que l’épreuve s’entame sur un plateau (en présence des autres candidats).

Être bien préparé pour l’épreuve orale

L’épreuve orale est la plus redoutée par les candidats, car elle demeure une épreuve éliminatoire (possibilité d’avoir la note A, B ou C). Mais lors de votre enregistrement à la formation de l’apprentissage du permis A et A1, il vous est possible de consulter chaque fiche théorique du permis moto. Dès lors, vous pourrez commencer à étudier vos fiches et les appliquer durant les pratiques en conduite. Pour influencer la note, développez des explications complètes et approximatives des éléments de la fiche.

Concrètement, l’examen théorique dudit Code de la route est une épreuve obligatoire concernant pratiquement toutes les catégories du permis. Le repasser dans le cadre du permis moto, cela dépend principalement de la situation dans laquelle se trouve le conducteur.

Est-il indispensable de repasser le code pour le permis moto ?

Bien qu’ayant auparavant une durée de validité de 3 ans, un résultat concluant à l’épreuve théorique du Code de la route est, depuis 2014, valable pendant 5 ans. Cela étant dit, le fait de repasser cette épreuve n’est toutefois pas indispensable pour le permis moto. Contrairement aux idées reçues, l’épreuve théorique concerne toutes les catégories de permis délivrées dans tout l’hexagone. D’ailleurs, il n’existe jusqu’à maintenant aucun examen spécifique pour les chauffeurs et motards du fait que le Code de la route s’applique de la même façon à chaque conducteur de véhicule terrestre motorisé.

Ainsi, lorsque l’on est titulaire d’un permis B dont la date d’obtention ne dépasse pas les 5 ans, on est systématiquement dispensé de repasser le code pour obtenir son permis moto. Il convient cependant de souligner que c’est la date d’obtention dudit permis qui est pris en compte et non la date du passage du code. Les conducteurs ayant validé une autre catégorie de permis dont la date d’obtention remonte à plus de 5 années en arrière sont en marge de cette possibilité de ne plus repasser le Code de la route dans le cadre du permis moto.

L’obligation de repasser le code pour les titulaires d’un permis de plus de 5 ans

Lorsque l’on a validé un permis B qui date de plus de 5 ans, on devra à nouveau passer le Code de la route, et ce bien que l’on soit un conducteur expérimenté n’ayant commis aucune infraction au Code de la route. Certes, cette étape peut s’avérer contraignante au début, mais force est d’admettre que le fait de repasser le code présente de nombreux avantages avérés dans un contexte où les aménagements routiers n’ont cessé d’évoluer. Qui plus est, cela va permettre à conducteur de remettre en question son comportement routier, mais également de se remettre à niveau.

Quel délai pour repasser le Code de la route pour le permis moto ?

Les candidats qui devront repasser le Code de la route dans l’optique d’obtenir leur permis moto doivent compter 1 mois en moyenne avant de présenter à l’examen code de la route permis moto. Cela requiert donc une bonne organisation pour parvenir à libérer plus de temps au quotidien pour réviser. Dans l’éventualité où l’on n’aurait que très peu de temps, cette durée peut passer de 1 mois à plusieurs mois. Fort heureusement, on peut aussi suivre une formation en ligne pour gagner plus de temps et pour maîtriser rapidement le Code de la route. D’ailleurs, ce genre de formation est disponible à tout moment dès lors que l’on est connecté à internet, que ce soit depuis son smartphone, sa tablette ou son ordinateur.

Plan du site